Intolérance au lactose et allergie aux protéines du lait

Source : Expert CIL

Date de publication : 8 décembre 2016

L’intolérance au lactose est souvent confondue avec l’allergie aux protéines du lait. Bien que les deux puissent provoquer des symptômes similaires, leur traitement est différent.
 

En bref :

  • L’intolérance au lactose = difficulté à digérer le lactose, le sucre du lait
  • L’allergie aux protéines de lait = une réaction exagérée de notre système immunitaire à une substance, les protéines du lait. Notre corps, pour une raison inexpliquée, considère les protéines du lait comme une
    substance ennemie. Il développe une réaction allergique au niveau de la peau (eczéma), de l’estomac ou de l’intestin.

Faire la différence

L’intolérance au lactose est souvent confondue avec l’allergie aux protéines du lait. Bien que les deux puissent provoquer des symptômes similaires, l’allergie aux protéines du lait peut provoquer des
symptômes beaucoup plus graves et nécessite l’éviction totale du lait et des produits laitiers de l’alimentation.

Généralement l’allergie aux protéines du lait disparaît entre 3 et 5 ans alors que l’intolérance au lactose apparaît plutôt avec l’âge (il est très rare qu’elle soit présente dès la naissance).

Lorsque l’on soupçonne une de ces deux pathologies, il faut impérativement consulter un médecin pour confirmer le diagnostic. En effet, la suppression totale du lait et des produits laitiers de l’alimentation sans suivi médical peut avoir des conséquences graves particulièrement chez les nourrissons et les enfants.

L’intolérance au lactose

L’intolérance au lactose concerne environ un belge sur cinq à des degrés divers. Pour être absorbé au niveau de l’intestin, le lactose doit être hydrolysé (coupé) en deux sucres absorbables : le glucose et
le galactose. Ce processus se fait grâce à une enzyme présente dans l’intestin, la lactase. Lorsque la quantité de lactase est insuffisante chez un individu, il digère mal le lactose et peut avoir des
symptômes gastro-intestinaux (nausées, douleurs abdominales, ballonnements, diarrhée, borborygmes …).

La quantité de lactase dans l’intestin est maximale à la naissance jusqu’au moment du sevrage du bébé. Elle diminue ensuite pour se stabiliser à un âge variable. Cette évolution normale n’induit pas
obligatoirement une intolérance au lactose. En effet, les populations d’Europe du Nord qui ont toujours consommé beaucoup de lait et de produits laitiers (et donc de lactose) conservent un taux
en lactase intestinale suffisant tout au long de la vie.

Le diagnostic d’intolérance au lactose se fait par un médecin spécialiste pédiatre ou gastroentérologue essentiellement par réalisation d’un test respiratoire à l’hydrogène ou d’un test de tolérance au lactose.
.
La plupart des personnes intolérantes au lactose peuvent boire un verre de lait par jour. Pour faciliter la digestion, le lait peut également être ajouté à d’autres aliments comme la purée, les
potages, le riz au lait. Une autre alternative est la consommation de produits laitiers qui contiennent moins de lactose : yaourts, fromages affinés. En effet, les bactéries présentent dans le yaourt pour sa
formation pré-digèrent le lactose. Les fromages à pâte dure (type gouda)) ne contiennent pas, ou vraiment très peu de lactose parce qu’il disparaît au cours du processus de maturation sous l’effet de
la fermentation. Les fromages à pâtes mi-dure et molle (Chimay, Herve, Camembert, …) contiennent encore des traces de lactose non digéré.

Intolérance au lactose et allergie aux protéines du lait

Il faut bien sûr aussi faire attention au lactose utilisé comme additif dans les produits transformés industriellement comme les plats cuisinés. Les ingrédients suivants, par exemple, en contiennent: lait
(entier ou écrémé) en poudre, petit-lait, petit lait en poudre et lactosérum. Il faut donc lire attentivement la composition des produits et l‘info allergies figurant sur les emballages.

Changer de type de lait n’est généralement pas une solution pour les personnes intolérantes. Le lait de chèvre, par exemple, présente une teneur en lactose à peine inférieure à celle du lait de vache.
Toutefois, cette teneur légèrement inférieure combinée à une plus grande digestibilité du lait de chèvre peuvent conduire à une meilleure tolérance chez certains individus intolérants au lactose.

L’enfant et l’adulte peuvent aussi présenter une intolérance au lactose secondaire qui résulte d’une gastro-entérite aigüe et qui est passagère. Ce type d’intolérance disparaît après le traitement de la
maladie intestinale.

Le déficit congénital en lactase est une situation rare. Il s’exprime par une diarrhée grave rebelle dès la naissance. La cause de ce déficit est génétique (différentes mutations ont été identifiées chez les
enfants atteints).

L’allergie aux protéines du lait

L’allergie aux protéines du lait concerne 1 à 2% des nourrissons. Elle disparait presque toujours après 1 an et, dans 95% des cas, avant 5 ans. De manière générale, l’allergie est une réaction exagérée de l’organisme à une substance. Lors du premier contact, il n’y a pas de réaction allergique : c’est la phase de sensibilisation.  Dans le cas du lait, notre corps, pour une raison inexpliquée, considère les protéines du lait comme
une substance ennemie. Il développe une réaction allergique au niveau de la peau (eczéma), de l’estomac ou de l’intestin.
Le diagnostic de l’allergie aux protéines de lait doit se faire par un médecin grâce à des tests cutanés et des analyses sanguines.

En cas d’allergie aux protéines de lait de vache, il est important de rechercher d’éventuelles réactions croisées (avec les protéines d’autres mammifères comme celles du lait de chèvre) ou associées
(comme l’allergie aux protéines de soja). Contrairement aux idées reçues, remplacer le lait de vache par du lait de chèvre s’avère être une solution dans seulement 30 à 40 % des cas. Ce côté quelque
peu ‘moins allergique’ du lait de chèvre s’explique par une teneur plus faible en caséine αs1, une des protéines du lait responsable de nombreuses allergies au lait de vache.

Le seul traitement efficace est la suppression de toutes les protéines de lait de l’alimentation, c’est-à- dire l’éviction des produits laitiers mais aussi de toutes les préparations qui contiennent de la poudre
de lait, du lactose, des protéines de lait, du lactosérum.

Un régime sans lait est très difficile à équilibrer. Il faut surtout veiller à consommer d’autres sources de calcium (choux, amandes, abricots secs) et de vitamine B2 (algues, brocoli, épinard, céréales
complètes) voir, en accord avec le médecin, prendre des compléments alimentaires.

Prudence avec les jus végétaux

Il faut noter que les jus végétaux, parfois improprement appelés laits, ne sont pas comparables au
lait animal. En effet, les jus végétaux présentent des teneurs en protéines variables, comparables au lait de vache pour le jus de soja mais bien plus faibles dans le jus d’amande, et négligeables dans les
jus de riz. Les profils en acides aminés essentiels correspondent moins bien aux besoins nutritionnels des humains, lorsqu’on les compare aux laits animaux. Les teneurs en matière grasse sont très
variables entre les jus végétaux. Cependant, elles sont nettement plus riches en acides gras insaturés que les produits laitiers. Les jus végétaux sont en général naturellement pauvres en calcium,
contrairement aux laits animaux. Ils sont donc souvent artificiellement enrichis en calcium, mais dans la plupart des cas celui-ci est nettement moins assimilable que le calcium des laits animaux.

 

En savoir plus :

(Intolérance) Comment est fabriqué le lait sans lactose?

Sources ;:

L’allergie aux protéines du lait de vache et l’intolérance au lactose – CIRIHA
Lactose malabsorption and intolerance : pathogenesis, diagnosis and treatment, UEG Journal, June 2011,
vo.1,3 :pp151-159.
Intolérance au lactose chez l’enfant – PAEDRIATRICA 2007
Communication N. Guggenbulh, colloque FLPLW 2010

Partager cet article :