Lait et santé

Vous êtes ici : Accueil / Enjeux / Nutrition et santé / Lait et santé

Les effets bénéfiques du lait sur la santé

De nombreuses études scientifiques récentes montrent les effets bénéfiques de la consommation de lait et des produits laitiers sur la santé humaine.
L’effet positif le mieux connu intervient dans la prévention de l’ostéoporose. Mais les études commencent à démontrer les atouts de la consommation de lait et de produits laitiers dans la gestion du poids ou la prévention du cancer du côlon.
Il est important de noter que ces effets bénéfiques s’entendent lorsque l’on respecte les quantités à consommer recommandées dans la pyramide alimentaire. En effet, une consommation en excès, tout comme une consommation en insuffisance, peut entraîner des problèmes de santé qui s’installent souvent progressivement.

Quelques chiffres

95% des cas d’allergies au lait disparaissent avant 5 ans

20% de la population adulte est intolérante au lactose à des degrés divers

l’ostéoporose touche une femme sur 3 et un homme sur 5

Pourquoi les scientifiques parlent-ils du lait ?

Pour la communauté scientifique internationale, il ne fait plus aucun doute que la consommation de produits laitiers depuis le plus jeune âge entraîne une meilleure qualité des os et une diminution des risques d’avoir de l’ostéoporose en vieillissant.
L’ostéoporose est un processus naturel qui entraîne à la longue une perte graduelle de masse osseuse. Cette maladie touche 1 femme sur 3 et 1 homme sur 5 de plus de 50 ans en Europe. Comme son nom le suggère, l’ostéoporose rend les os de plus en plus poreux et fragiles. Liée le plus souvent à l’âge, mais aussi précipitée par une foule de facteurs, cette détérioration des os augmente le risque de fractures.

Le lait et les produits laitiers sont riches en calcium facilement assimilable par l’organisme. Or le calcium fait partie des blocs de construction majeurs du squelette, avec les protéines. Ils sont essentiels à la santé osseuse tout au long de la vie. La vitamine D, qui se trouve aussi dans le lait, joue un rôle important dans l’absorption du calcium contenu dans l’alimentation.

D’autres aliments sont riches en calcium, particulièrement les épinards, les agrumes, les amandes. La particularité du calcium du lait est sa bonne biodisponibilité, c’est-à-dire une bonne efficacité du processus d’absorption de ce nutriment au travers de la paroi intestinale pour se retrouver dans la circulation sanguine.

L’intolérance au lactose apparaît avec l’âge. Elle touche 1 Belge sur 5 à des degrés divers. Elle est souvent confondue avec l’allergie aux protéines du lait. Mais contrairement à cette dernière, elle ne nécessite pas la suppression de tous les produits laitiers de l’alimentation.
L’intolérance est une difficulté à digérer le lactose, le sucre du lait. C’est pourquoi, on parle d’intolérance au lactose. Elle apparaît avec l’âge à cause de la diminution de la quantité de lactase dans l’intestin. La lactase est l’enzyme chargée de digérer le lactose. La personne atteinte peut généralement boire un verre de lait par jour. Certains produits laitiers comme les yaourts et les fromages à pâte dure sont généralement bien tolérés car ils ne contiennent pratiquement plus de lactose.
Lorsque l’on soupçonne une de ces deux pathologies, il faut impérativement consulter un médecin pour confirmer le diagnostic par les tests adaptés. En effet, la suppression totale du lait et des produits laitiers de l’alimentation sans suivi médical peut avoir des conséquences graves, particulièrement chez les nourrissons et les enfants.

L’allergie aux protéines du lait est le seul cas où le lait et les produits laitiers doivent être évincés du régime alimentaire. Celle-ci touche 1 à 2 % des nourrissons. Elle disparaît presque toujours après 1 an et, dans 95 % des cas, avant 5 ans.
L’allergie est une réaction exagérée de notre système immunitaire à une substance, ici les protéines du lait. C’est pourquoi on parle d’allergie aux protéines du lait. Elle apparaît dès le deuxième contact avec le lait ou des produits laitiers. Comme dans toute allergie, il ne se passe rien lors du premier contact, c’est la phase de sensibilisation. La personne atteinte doit suivre un régime sans lait ni produits laitiers (du ou des laits incriminés).

Il est important de rechercher d’éventuelles réactions croisées (avec les protéines d’autres mammifères comme celles du lait de chèvre) ou associées (comme les protéines de soja). Ces tests complémentaires permettent de déterminer si le remplacement du lait de vache par du lait de chèvre ou des jus végétaux (jus de soja, d’amande, …) est une solution. Dans 30 à 40 % des cas d’allergie aux protéines du lait de vache, le remplacer par du lait de chèvre résout le problème d’allergie.

Lorsque l’on soupçonne une de ces deux pathologies, il faut impérativement consulter un médecin pour confirmer le diagnostic par les tests adaptés. En effet, la suppression totale du lait et des produits laitiers de l’alimentation sans suivi médical peut avoir des conséquences graves, particulièrement chez les nourrissons et les enfants.

De plus en plus de données scientifiques montrent que, contrairement à ce que l’on pensait, la consommation de produits laitiers ne fait pas grossir. Au contraire, elle diminuerait la prise de poids au fil des ans.

Les mécanismes en jeu ne sont pas encore totalement connus. L’hypothèse la plus fréquente est que le calcium et les protéines influencent à la fois l’appétit, sensation de satiété, l’absorption des graisses et l’utilisation de l’énergie.

L’ensemble des études réalisées montre que les consommations de lait les plus élevées sont associées aux risques de cancer du côlon les plus faibles. Cet effet bénéfique du lait semble lié à la présence du calcium.

Concrètement, une dose quotidienne de 700 mg de calcium, c’est-à-dire de 3 produits laitiers par jour, diminuerait le risque de cancer du côlon et de polypes du gros intestin.

Les nombreuses études n’ont pas détecté d’effets négatifs de la consommation normale de lait et de produits laitiers sur l’apparition d’autres cancers.

D’après la majorité des études d’observation menées sur la population européenne, la consommation régulière de lait et de produits laitiers n’a pas d’effets négatifs sur la santé cardio-vasculaire. La richesse du lait en calcium, en potassium, en phosphore et en peptides bioactifs semble avoir des effets positifs sur la pression artérielle et sur le rapport entre le cholestérol total et le « mauvais » cholestérol. La teneur élevée en calcium du lait semble avoir un effet particulièrement bénéfique sur le taux de cholestérol.

Une étude menée dans 8 pays européens montre que la consommation de produits laitiers fermentés comme le fromage, les yaourts et les laits fermentés est associée à une diminution du risque de développer le diabète.

Le saviez-vous ?

Une personne intolérante au lactose digère mieux certains produits laitiers comme les yaourts et les fromages à pâtes dures. Les ferments vivants présents dans le yaourt prédigèrent le lactose. Dans le fromage, le lactose disparaît en partie lors du processus de maturation.

L’ostéoporose est multifactorielle. Avoir une alimentation saine, riche en calcium et en vitamine D, pratiquer une activité physique régulière et prévenir les chutes permet de prévenir l’ostéoporose. Cependant, il y a aussi des facteurs génétiques qui interviennent dans la maladie.

Les populations d’Europe du Nord, qui ont toujours consommé beaucoup de lait et de produits laitiers (et donc de lactose), conservent un taux en lactase intestinale suffisant tout au long de la vie.

Besoin de plus d’informations sur le lait et la santé ?